Mines de Bentaillou est un sentier en boucle à faible trafic situé près de Sentein, dans l'Occitanie, en France. Il présente de belles fleurs sauvages et est considéré comme difficile. Le sentier est principalement utilisé pour la randonnée et la marche.

Distance: 14.6 km Dénivelé: 1,023 m Type d'itinéraire: Boucle

randonnée

balade

forêt

vue panoramique

fleurs sauvages

rocheux

site historique

Les mines de Bentaillou Une boucle pour découvrir à la fois ce site industriel désaffecté, les mines de plomb et de zinc de Bentaillou, et le paysage montagnard fabuleux qui le domine Accès : A 64 sortie 20 Saint-Martory puis D117 jusqu'à Saint-Girons. Prendre la D618 puis la D4, passer Castillon-en-Couseran, puis Seintein. Suivre la direction d'Eylie. Sous le hameau d'Eylie, prendre la route de gauche qui devient piste pour arriver à l'ancienne usine du Bocard. La traverser pour se garer près d'un hangar métallique. Cartographie : IGN Top 25 n° 1947 OT Aspet Pic de Maubermé. Rando Editions n° 6 Couserans 1/50 000. L'activité minière a sculpté le paysage du haut Biros, en Ariège, comme ici à Bentaillou. Après Castillon-en-Couserans, continuer vers Sentein, puis suivre la direction d'Eylie. Sous le hameau d'Eylie, prendre la route de gauche qui devient piste pour arriver à l'ancienne usine du Bocard. La traverser pour se garer près d'un hangar métallique. Les ruines du Bocard ressemblent à une ville fantôme de l'Ouest américain. Ici les tôles bougent avec le vent, les charpentes métalliques désossées se détachent sur le ciel. L'ancien bâtiment de la direction est en cours de restauration et doit abriter un écomusée sur le thème de la mine. La randonnée commence sous le hangar métallique à gauche du Bocard. On monte une sente sur 30 mètres pour retrouver le GR10 (balises blanches et rouges). Prendre à droite jusqu'au gîte d'Eylie. Le GR10 est le fil conducteur de la randonnée et conduit aux mines de Bentaillou, 900 mètres de dénivelée plus haut. Le balisage est bien marqué. Le sentier monte à l'aplomb de la mine où les pylônes indiquent en point de suspension l'itinéraire. Ce chemin est avant tout historique : il était la liaison Sentein / Sarlardù en Espagne (Val d'Aran) par le port de la Hourquette (chemin vicinal n° 1). Appelé sentier des mineurs à partie de 1850, il a servi aussi à la contrebande et est devenu, pendant l'Occupation, chemin de la liberté pour des milliers de personnes fuyant le nazisme. Le sentier des mineurs Après le gîte, le chemin progresse à gauche du ruisseau (panneaux) et gagne la forêt au-dessus d'une prairie. Ensuite il s'élève dans la forêt de hêtres. On remarque encore les câbles sur la cime des arbres et les poteaux en bois de l'électricité et du téléphone. La pente est raide mais en pleine chaleur d'été on déguste à plein poumons la fraîcheur de ce couvert. A la sortie de la forêt, on passe un éperon où on s'assoit volontiers sur une roche dite de Napoléon. Au-dessus, à quelques minutes et après un refuge ruiné, se dressent plusieurs pylônes et carcasses rouillés : c'est l'ancienne station intermédiaire de Rouge. Ensuite en quelques lacets on atteint des installations minières aux alentours de 1 650 m. Ces bâtiments ont été les derniers construits en 1950 pour exploiter la partie basse du filon. Le sentier continue à flanc en laissant à gauche le col de la Catauère puis change de versant. Ainsi on découvre la piste sinueuse, accrochée aux flancs du cirque de la Plagne qui vient du Brocard d'Eylie. Au-dessus c'est la masse altière du Mauberné et la muraille du Pic de Serre Haute qui barrent l'horizon. Vers 1 900m d'altitude, on met le pied sur le site proprement dit du Bentaillou. Pic-nic sur les ruines du Bentaillou, où l'ombre se fait très rare. Abandonné depuis les années cinquante (quelques essais de relance n'ont pas abouti en 1960 et 1972), le lieu malgré les ruines donne une certaine idée de l'activité qui régnait ici, été comme hiver (seul un refuge est entretenu). Les nombreux ouvriers originaires de la vallée étaient aussi paysans, ils ne descendaient que tous les 15 jours et y restaient parfois beaucoup plus, coincés par les tempêtes de neige. Depuis son ouverture en 1850, de nombreuses péripéties ont émaillé la vie de Bentaillou : grèves, accidents, faillites. Mais pendant un siècle le minerai de plomb et de zinc fut extrait de la montagne et descendu coûte que coûte, parfois même par des chariots à boeufs sur la piste de la Plagne. C'est par cette longue piste sans aucune difficulté que s'effectue le retour. Vers la fin des lacets (ceux-ci sont numérotés en blanc sur la roche, dans les virages, à partir du 15ème en descendant 14-13-12 etc... Mais arrivé au dernier, en bas, près du ruisseau, ce n'est pas fini, la piste longiligne descend encore et encore et dure assez longuement jusqu'au Bocard.

Personne n'a encore laissé d'avis sur cette randonnée. Soyez le premier !

Randonnées populaires